Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LES ARTS MELANGERS
  • LES ARTS MELANGERS
  • : L'association des Arts Mélangers est née pour permettre la création de projets dans le théâtre, la danse, l'écriture, et tout autre domaine artistique.
  • Contact

Nous contacter

Recherche

21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 16:29
RIEN A FAIRE ?! théâtre burlesque les 10 et 11 Janvier 2015

L'équipe des Arts Mélangers et de Weyland & Compagnie est heureuse de vous présenter sa dernière création : "Rien à faire?!" le 10 (à 15h et 21h) et 11 (17h) janvier 2015 à l'Antarès Vauréal

Un bel évènement pour démarrer l'année qui s'annonce riche en évènements théâtraux

N’hésitez pas à réserver votre place au : 06 83 08 38 90

Mail : weylandetcompagnie@gmail.com

Ce spectacle tout public à partir de 10 ans, d’une richesse insoupçonnée prend tout son sens en évoquant des situations banales qui prennent une dimension spectaculaire.

Pour voir la présentation du spectacle: http://weylandetcompagnie.fr/index.php/spectacles-adultes/rien-a-faire

Repost 0
Published by lesartsmelangers - dans Evénement
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 08:47

Très prochainement, nous vous proposons VOTRE MAMAN à l'Antarès à Vauréal

Une comédie burlesque et grinçante de Jean-Claude Grumberg

Une veille dame en maison de retraite donne des soucis au directeur et à son fils qu'elle ne reconnait pas tous les jours.

Le désarroi du fils et les dysfonctionnements de l'institution soulignent l’absurdité de notre vie moderne. Les "fragiles" ne sont ils pas les grands oubliés d'aujourd'hui ?

Cette pièce où le burlesque côtoie la gravité nous renvoie à nos histoires familiales, douloureuses et légères. Ainsi qu'à l'Histoire et à ses sombres échos.

L’écriture sobre de Jean-Claude Grumberg fait merveille. Ses phrases très courtes et incisives percutent l’oreille jusqu’au court-circuit.

 

La mère : Si mon fils vient et ne me trouve pas, fou comme il est, il est capable de repartir.

Le fils :     S'il repart, il reviendra.

RESERVATION 06 83 08 38 90  les.arts.melangers@gmail.com

 

LES 15 NOVEMBRE A 15H ET 21H

ET 16 NOVEMBRE 2014 A 17H

 

Mise en scène de Marie Eve Weyland

Scénographie : Marie France Berthier

Musique et graphisme : Fred Jély

Avec Pierre Guillen, Adeline Hecker, Clément Ménager, Jean Pierre Weyland

Avec le soutien de la Ville de Vauréal

 

Votre-Maman-JPEG.jpg

 

Repost 0
Published by lesartsmelangers - dans Théâtre ado - adulte
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 21:52


 

 

IMPROVISTA !

 

IMPROVISATION THEATRALE ET MUSICALE AU JARDIN

 

DIMANCHE 22 JUIN 2014 à 12h à PONTOISE              (53 RUE V. HUGO)

suivi d’un barbecue (chacun amène des victuailles)

ENTREE LIBRE (au chapeau)

 

photo affiche

 


        Sept  comédiens et un pianiste, sans filet, improvisent  pour vous sur des thèmes qui leurs sont inconnus. Venez partager avec eux ce parfum de danger !

 

 

 

 

Clip du spectacle : http://www.youtube.com/watch?v=EoV44YyqfnY&feature=em-upload_owner

 

 

Infos :

06 83 08 38 90

 

les.arts.melangers@gmail.com

lesartsmelangers.net63.net/

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by lesartsmelangers
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 12:42

 

CES DEUX LIVRES SONT DISPONIBLES SUR LE SITE DE L'HARMATTAN

 


Ci joint un lien pour une vidéo faite à l'Harmattan sur le livre de Jean Pierre Weyland  "L'imparfait du subjectif"           http://www.youtube.com/watch?v=qtbzozI-coI

Ci joint un lien pour une vidéo faite à l'Harmattan sur le livre de Jean Pierre Weyland  "Je voulais vous dire que je n'ai pas été sourd"        http://www.youtube.com/watch?v=_bXgbJ1LDCMschl



Ci dessous la préface écrite par Alex Lainé de "je voulais vous dire que je n'ai pas été sourd"

 

PREFACE

 

DES SUJETS EN FORMATION

 

 

Des sujets en formation au double sens de femmes et d’hommes – formateurs  inclus - qui s’inscrivent dans un dispositif de formation, et en même temps – car ce n’est pas séparable – se constituent en tant que sujets davantage conscients de ce qu’ils sont et ainsi, deviennent un peu plus en mesure d’infléchir le cours de leur vie. Car on ne naît pas – ou pas entièrement – sujet, on le devient.

 

C’est de tout cela dont il est question dans le livre de Jean-Pierre Weyland. Et ce n’est pas rien.

 

Le texte que l’on va lire s’inscrit dans le genre du récit de vie : récit autobiographique de son auteur, fragments de récits de parcours de stagiaires dont il a été le formateur. Dans tous les cas il y a « pacte autobiographique » comme le dit Philippe Lejeune, c’est-à-dire identité entre l’auteur, le narrateur et le personnage central ou « héros » dont l’histoire est rapportée – avec sans doute une nuance à faire pour les quelques textes qui relatent les propos et parcours de certains parmi les apprenants aux côtés desquels l’auteur a cheminé. De ce point de vue, on doit parler de co-écriture et de co-auteur puisque ces textes ont été rédigés tantôt par les apprenants eux-mêmes, tantôt par Jean-Pierre Weyland, mais toujours publiés avec l’accord de celle ou celui dont ils disent le fragment de parcours. Des récits de vie à plusieurs voix, par conséquent.

 

Par ailleurs, on peut débattre à l’infini de la question de savoir s’il s’agit de récits de vie ou de récits de pratiques de formation professionnelle. Le livre montre une fois de plus que la question est sans objet tant la vie et la pratique professionnelle ou de formation sont inséparablement entrelacées dans ce qui constitue la tension du sujet vers une unité jamais définitivement acquise, toujours à conquérir.

 

Il y a donc du récit de vie, mais aussi du « roman d’apprentissage ou roman de formation » entendu  comme la narration du parcours d’un personnage – ici ce sont plusieurs personnages dont l’auteur lui même – qui apprend, se forme, se développe et de proche en proche s’autorise une parole propre, jusqu’à être en plus grande adéquation avec soi-même.

 

Une première caractéristique et qualité du livre de Jean-Pierre Weyland s’offre, étonne mais aussi séduit immédiatement : son style. On sait que « le style est l’homme même » comme l’écrivait Buffon. Dans son écriture, l’auteur n’a pas systématiquement recours au pronom personnel, au « je » de la narration autobiographique. Dans bien des cas, il utilise la forme impersonnelle et une quasi absence de sujet grammatical pour énoncer ce qu’il ressent, fait et pense. Cela frappe dès les premières pages. En voici un exemple à propos de son parcours :

 

Tombé très jeune dans la marmite de l’animation. Un grand jeu de brousse. Pris dans la sauce. Tourné en rôti. Amusant. Essentiel. C’est chaud et goûteux. Gluant et relevé. Légèrement appétissant. De quoi nourrir une vie. En parallèle : écrire, mettre en scène et grimper sur les tréteaux. Au-dessus. 

 

Cette manière qui fait dans la brièveté donne sa puissance au récit. Plus encore et curieusement, le sujet agissant, pensant, éprouvant et vivant, parce qu’il est là en creux, en supposé ou en implicite, est en réalité d’autant plus présent. Car cette manière de dire fait directement entrer le lecteur dans l’intimité du dialogue intérieur entre soi et soi qui n’est rien de moins que la subjectivité en acte à travers l’une de ses composantes essentielles : la réflexion.

 

La seconde caractéristique qui retient l’attention du lecteur relève du travail. Du travail et de deux métiers. Des métiers méconnus et fort peu reconnus : animateur socioculturel et formateur d’adultes. Car il s’agit de formation professionnelle « aux fonctions de l’animation » : d’abord animateur lui-même, Jean-Pierre Weyland devient formateur d’animateurs. Ce que ces deux métiers ont en commun, c’est d’abord leur manque de transparence et de définition claire. On ne sait pas très bien ce qu’ils recouvrent. Le second point de partage entre les deux métiers tient au déni de reconnaissance et de légitimité. L’un comme l’autre ont à voir avec la chose pédagogique et, pour cette raison, souffrent de la concurrence avec l’institution qui, justement, prétend détenir la seule légitimité en matière de pédagogie et d’enseignement : l’Éducation nationale. Tentation du monopole.

 

J’ai exercé le métier de Jean-Pierre Weyland et je me souviens d’un « stagiaire » en formation préparatoire au diplôme dont il parle qui, au cours d’une démarche de récit de vie, déclarait : « Quand mes parents m’ont demandé ce que je faisais puisque je leur disais que désormais, je gagnais ma vie, j’ai répondu "animateur socioculturel". Ils ont dit alors : "Oui, d’accord, mais comme métier ?" » Tout est dit en termes de méconnaissance et de déni de reconnaissance.

 

Je veux souligner un autre élément qui tient à la fois à la question du sujet et à celle de la formation. Le texte de Jean-Pierre Weyland ne passe pas à côté de ce qui constitue l’un des fondements sur lequel repose cet édifice fragile dont l’équilibre tient du miracle, qu’est un groupe en formation : tout ce qui touche aux affects, au désir et à la peur. Désir et peur d’apprendre, désir et peur de s’affirmer, de prendre le beau risque de la parole, jusqu’à cet étrange désir du formateur de créer, façonner les femmes et les hommes qu’il forme, c’est-à-dire désir d’enfantement. De tout cela, le livre nous entretient jusqu’à en montrer les effets en termes d’imaginaire de toute-puissance du formateur.

Il ne nous en cache pas pour autant - et aussi bien du côté des apprenants que du formateur - les doutes, les échecs, les moments de souffrance, les efforts et le vrai boulot que cela demande. Il nous donne aussi accès à la joie, au « gai savoir », à l’exaltation de ces moments où l’on découvre que l’on a grandi, au légitime sentiment de fierté d’avoir fait « du bon et beau boulot. » Il faut entendre ce jugement de valeur de trois points de vue complémentaires : efficacité, éthique et esthétique.

 

Enfin, je ne saurais passer sous silence la perspective « social-historique » - pour reprendre une formulation de Castoriadis – qui est celle que Jean-Pierre Weyland porte sur les histoires de vie – y compris sur la sienne. Aucun parcours de vie ne se déroule dans un vide social-historique. Tout au contraire, il est toujours tissé, tramé de valeurs collectives transmises, héritées. La « petite » histoire de chacun est traversée par la « grande », celle qui s’écrit avec un H majuscule. « Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur être, c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience. » Jean-Pierre Weyland cite cette juste formule de Marx. Il la cite et ne la perd jamais de vue lorsqu’il pense sa propre histoire et celle des autres. Pour autant, il a cet optimisme du militant d’éducation populaire qui sait que les jeux ne sont jamais définitivement faits. Et heureusement. Le changement est possible. Mais il a pour condition nécessaire (bien que non suffisante) la prise de conscience par les sujets de ce qui les déterminent ou du moins, les influencent. De ce point de vue, l’auteur n’a pas lui non plus été sourd à la parole sartrienne qu’il a lue très tôt à travers « Les mots ». Il est resté fidèle à ce que Sartre – dont on omet souvent de rappeler qu’il portait un fort intérêt théorique et pratique aux biographies et parcours de vie – écrivait en ces termes : « L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous. » Le récit de vie a cette fonction de mise au jour de ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes et pas autre chose. Mise au jour et mise en mots, les deux sont inséparables. C’est ce que rappelle cet échange que Jean-Pierre Weyland relate et qui vient de Freud : une petite fille demande à sa tante de lui parler la nuit, alors qu’elle est dans son lit, pour avoir moins peur. L’adulte lui demande pourquoi puisque cela ne fait pas reculer l’obscurité. L’enfant répond : « Quand quelqu’un parle, il fait jour. »

C’est de cette parole là que le livre que l’on va lire est fait.

 

 

Alex Lainé, 13 juillet 2012

Docteur ès lettres, membre de l'Institut international de sociologie clinique

Repost 0
Published by lesartsmelangers - dans Livre
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:22



NOUS JOUONS AU CENTRE SOCIAL DE L'AGORA A VAUREAL LE SPECTACLE  IMPROVISTA ! DANS LE CADRE DES SOIREES CAFE PLAISIR (exclusivement pour adultes !)

VENDREDI 21 MARS A 21H !

VENEZ NOUS VOIR IMPROVISER SANS FILET !

ENTREE LIBRE

 

photo affiche

Repost 0
Published by lesartsmelangers
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 23:32

 

 

TONDO ! MARS leger

 

 

link

Repost 0
Published by lesartsmelangers - dans Evénement
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 12:24

 

Evecquemont  et      LES ARTS MELANGERS  présentent

 

IMPROVISTA !

 

IMPROVISATION THEATRALE ET MUSICALE

 

SAMEDI 22 FEVRIER 2014 à 21h à EVECQUEMONT (salle communale)

 


PHOTO-IMPROVISTA.JPG

 

 

ENTREE LIBRE (recettes au chapeau)

 

 

        Sept  comédiens et un pianiste, sans filet, improvisent  pour vous sur des thèmes qui leurs sont inconnus. Venez partager avec eux ce parfum de danger !

 

 

 

 

Clip du spectacle : http://www.youtube.com/watch?v=EoV44YyqfnY&feature=em-upload_owner

 

 

 


 

Infos :

01 34 74 08 79 ou 06 83 08 38 90

 

les.arts.melangers@gmail.com

lesartsmelangers.net63.net/

 

www.evecquemont.fr

 

 

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by lesartsmelangers
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 21:32

PIGNOUNET

 

DIMANCHE 1 DECEMBRE 2013

16H00 / CERGY

(Maison de Quartier des Linandes)

Spectacle pour les 2 à 7 ans

 

De et par Jean-Pierre Weyland

Scénographie : Corinne Sirou, Arnaud Destrée

Direction d’acteur : Marie-Eve Weyland

 

 

imagePIGNOUNET LIGHT. 

 

Entrée : 5 euros avec une petite collation

Réservation obligatoire : 06 83 08 38 90 les.arts.melangers@gmail.com

 

 


« Pignounet Pignounet

Ton chapeau est une dent de lait

Champignon et salsifi

Drôle de zouave et ouistiti

Tour de Pise et merlan frit »

 


 

Pignounet, un petit champignon gentil comme tout, veut aller voir au-delà de Girolles-Sous-Bois, sa clairière inondée de soleil. Oh pas pour aller loin. Juste gambader un peu, se dégourdir la corolle !

L’herbe est plus verte à côté, c’est bien connu ! Il va finir par faire une drôle de rencontre. Le monde n’est pas peuplé que de gentils… Mais tout finira en comptine dans les bras de ses parents.

 

Comptine light

 

 

Repost 0
Published by lesartsmelangers - dans Evénement
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 09:05

 

deux pièces courtes de Jean-Pierre Weyland

JP-moindre-erreur-copie-1.png

(à partir de 15 ans, durée : 1h15)

à l’Antarès, place du Cœur Battant (Vauréal)

Samedi 16 novembre 2013 à 15h, 18h, 21h

Dimanche 17 novembre 2013 à 15h et 18h

 

Réservation obligatoire (le public est sur scène, places limitées) :

06 83 08 38 90 les.arts.melangers@gmail.com Tarifs : 8,70 (moins de 18 ans : 4,40 €) 

 

 Helene-Cathie-Oublier-.jpg

 

COMMENT L’OUBLIER ?

 

Mis en scène : Jean-Pierre Weyland

Avec : Hélène Brianso et Cathie Jély. Musique de Fred Jély

 

Deux sœurs se chamaillent tendrement sur fond d’angoisse. La plus âgée se réfugie dans le passé (moins se souvenir du présent ?). Elle aimerait tant que sa cadette la reconnaisse comme l’aînée ! En effet, comment l’oublier ?

 

« Comme quand j’avais quatorze ans, tu m’as pris mes livres déjà. Tu ne pouvais pas comprendre ce qui était écrit à l’intérieur, tu étais trop jeune mais tu l’as fait quand même. Alors que c’est toi

ma petite sœur, hein ? »

 

                        Sophie-moindre-ereur.png

 

MOINDRE ERREUR

 

Mise en scène : Marie-Eve Weyland

Avec : Sophie Guindon et Jean-Pierre Weyland

 

Un père retrouve sa fille après une longue absence (dans tous les sens du terme). Pudeurs filiales, tendresse contrariée, lourde culpabilité… Une chape de plomb pèse sur les retrouvailles. Même si, lui, bien sûr, n’a jamais fait la moindre erreur…

 

« Moi je rêve, j’écoute, non pas ce que tu dis, mais la couleur de tes mots, je me remplis de ton after-shave, et maman qui… Je peux te parler d’elle ? »

 


Fred-Oublier.jpg


Repost 0
Published by lesartsmelangers
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 18:56

 

mime-attachment

 

COURAGE ! les mercredis et samedis de septembre 2013 à 14h à la Comédie Saint Michel

(http://www.comediesaintmichel.fr)

 

TT dans Télérama : « Une alliance originale et réussie de jeu, de danse et de musique. »

 

Achille Trolligan s'inquiète de tout, même de recevoir une lettre. Et c'est justement une missive, un appel au secours de son grand-oncle, qui va le faire sortir de son jardin et lui permettre d'affronter ses peurs... L'aventure met en scène un héros naïf et attachant, sorte de clown au long nez, finalement moins craintif que courageux, sans intention de l'être. Sur le registre de l'humour, le spectacle joue avec la thématique de la peur et les ingrédients classiques du voyage initiatique : forêt à traverser, rencontres successives des traditionnels fantômes, sorcière, vampire et zombie. Une alliance originale et réussie de jeu, de danse et de musique.

Françoise Sabatier-Morel


Durée : 1h

 

Pour visiter notre blog et visionner la bande-annonce du spectacle : http://courage.over-blog.com/

 

Pour lire la critique de la revue Arès: http://www.ep-la.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=513:les-arts-melangers&catid=26:jeunesse&Itemid=65

Repost 0
Published by lesartsmelangers
commenter cet article